Découvrir Marsanne

Le vieux village de Marsanne

Le site de Marsanne connu d'abord une implantation Gallo-Romaine. Marsanne est un village romain dispersé.
La forêt de Marsanne est communale depuis 1354.
Marsanne est un charmant bourg à l'accent du midi accroché aux collines  septentrionales de la plaine de la Valdaine.
Ce bourg est situé près de la vallée du Rhône où il est bon de découvrir son patrimoine dont la construction s'étale du XIe au XIXe siècle : les ruines du donjon du château féodal, le prieuré St Félix, l'ancien hôpital, le beffroi et la fontaine de l'horloge, la maison des pauvres, etc ...
Construit pour la défense en position dominante, le bourg abrita du XIe au XIXe siècle la plus grande partie de la population.
Après le château, la chapelle castrale, les habitations se serrèrent à l'abri des remparts et des tours.
Des violences armées, propres à notre région au XIVe siècle, ruinèrent le site médiéval de Marsanne dont il reste peu de vestiges.
Vint ensuite l'époque prospère de la Renaissance où un nouveau village occupe la place.
Les guerres de religion le ruinèrent à leur tour et le XVIIe siècle releva les ruines, utilisant en remploi les pierres des âges passés.
Un lent dépeuplement, amorcé au XIXe siècle, tentait vers l'abandon des lieux, lorsque, de nouveaux habitants, au cours des années 1960, revinrent leur donner vie. Depuis, les œuvres de sauvegarde s'accomplissent et Marsanne garde tout son charme.
L'office du tourisme organise des visites guidées du vieux village
Accessible aux PMR en partie
 

L'église Saint-Félix

L'église Saint-Félix fut construite fin du XIIe siècle avec apports du XVIe siècle.
Inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques le 13 juillet 1926, cet ancien prieuré de l'abbaye augustine de Saint-Thiers de Saoû, servit d'église paroissiale jusqu'à son abandon, pour insécurité au début du XIXe siècle.
A la base du clocher, la chapelle gothique tint lieu de sépulture aux membres de la famille seigneuriale des Adhémar de Brunier.
Une litre funéraire demeure visible sur les murs, de même que des marques de compagnons, gravées sur les pierres de l'ouverture.
Non accessible aux PMR
 

Le château féodal du XIe siècle

Les origines du château demeurent inconnues.
Il devait offrir uniquement une salle à chacun de ses deux étages.
La comtesse de Marsanne, Véronique de Poitiers, fit épouser sa fille à un chevalier afin de protéger le château de ses assaillants.
En 1711, la comtesse de Marsanne fit don de la forêt aux paysans.
Non accessible aux PMR
 

 

Les grands noms de Marsanne

Emile Loubet

Emile Loubet n'acquit et grandit à Marsanne, son père était le maire de la commune.
Après avoir été maire de Montélimar, il est devenu le premier président de la république issu du "peuple terrien" (du peuple populaire et non de l'aristocratie).
Président sous la 3ème république, il place son septennat (1899-1906) sous les signes de "l'union et de l'apaisement", à ce titre il participera à de nombreux voyages diplomatiques.En France on lui doit : la grâce du capitaine Dreyfus (1899), l'exposition universelle de Paris (1900), la loi sur la liberté d'association (1901), la séparation de l'église et de l'état (1905)...
 

Le château des Montluissant

Le château des Montluissant a été aménagé au milieu du XIXe siècle à partir d'une demeure plus ancienne.
En effet, le château a été construit sur la façade d'une maison de notable en bas du vieux village.
Cette maison de notable datant du XVIIe siècle pourrait être la plus ancienne maison du bourg. Avant 1838, elle appartenait aux familles Veyrenc-Beaufort.
Ce château de style vénitien s'impose sur la place du village près de la mairie. Domaine privé, il n'est pas visitable. La famille des Montluissant est enterrée au grand sanctuaire de Notre Dame de Fresneau.
 

 

Le sanctuaire de Fresneau

Nous sommes au XIe siècle, dans un foyer modeste: le papa était maçon, une petite fille vint au monde. La joie aurait dû être grande, mais le bébé était aveugle, et la maman décéda quelques heures après la naissance.
L'enfant grandit, et devenue jeune adolescente, elle eut un rêve étrange. Dans le vallon de Fresneau, la Vierge Marie lui apparut et lui promit qu'elle ne serait plus aveugle si une chapelle, construite à cet endroit, lui était consacrée. L'adolescente en parla aussitôt à son père qui, perplexe, déclara qu'il accepterait de construire cette petite chapelle, à condition que Marie accorde d'abord la vue à sa fille aveugle.
Selon la tradition du lieu, la jeune adolescente s'en alla alors vers une source qui se trouvait tout près du lieu indiqué par la vierge Marie.
Elle but l'eau de cette source et recouvra la vue. Le papa, fidèle à sa promese construisit la petite chapelle.
La première réaction du papa au récit de sa fille paraît étonnante: il semble n'avoir eu aucune hésitation à la croire. Il demanda juste un signe avant de se mettre au travail. C'est que, depuis quelque temps, un fait étrange le troublait: le bénitier, qu'il venait de fabriquer pour son curé, se comportait on ne peut plus bizarrement. Trois fois de suite il avait disparu de l'église paroissiale; on l'avait, à chaque fois, retrouvé à l'endroit où la Vierge Marie semblait désirer sa chapelle.
La Vierge Marie, d'abord invoquée sous le nom de Notre-Dame du Bon Secours et de Consolation, multiplia ses grâces dans ce lieu béni et les pèlerinages se multiplièrent. Puis le sanctuaire tomba peu à peu dans l'oubli; mais, au XIXe siècle le pape Pie IX accorda au sanctuaire quelques privilèges et bénit la couronne destinée à la deuxième statue de la Vierge de Fresneau, la première ayant été détruite... Dès lors les pèlerinages reprirent avec une ampleur telle que l'évêque diocésain, appuyé par le saint Curé d'Ars, fit construire une vaste église un peu au nord de la chapelle.
Et depuis, tous les ans, le 8 septembre, jour anniversaire du couronnement de la statue de la Vierge de Fresneau en 1855, un grand pèlerinage rassemble plusieurs milliers de personnes.
A noter aussi que Marsanne se trouve sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Accessible aux  PMR pour la chapelle, la fontaine et le site
Non accessible aux PMR : l'église en dehors des offices